communiqués de presse

Non à l’attribution de l’éméritat à Daniel Welzer-Lang !

Depuis plusieurs années, notamment à l’initiative du CLASCHES, la question des violences sexuelles dans l’ESR a acquis une plus grande visibilité. La loi du 6 août 2012, réintroduisant le délit de harcèlement sexuel dans le Code pénal, a conduit le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et certains établissements à afficher une volonté politique d’agir.

Mais le bilan reste léger : si l’on semble observer une légère hausse des procédures disciplinaires engagées, les sanctions restent inexistantes ou scandaleusement dérisoires. Quelques exemples (voir le CP complet en photos) viennent rappeler qu’en l’état du droit, les procédures disciplinaires permettent de donner bonne conscience aux établissements et au ministère sans que celles-ci ne sanctionnent réellement les agresseurs, ni ne protègent les victimes.

Outre l’insupportable parcours d’obstacles imposé aux victimes pour parvenir à obtenir l’ouverture d’enquêtes administratives (et que nous ne relatons pas ici), il faut constater à quel point le fonctionnement des procédures et le type de décisions rendues protègent les agresseurs. Face à ce constat, le CLASCHES dénonce le fait que les institutions se contentent d’une politique d’affichage sans même recourir aux instruments juridiques permettant de contester les sanctions dérisoires pour des faits pourtant graves et reconnus comme tels !

Face à cette situation, le CLASCHES rappelle qu’une réforme profonde des procédures disciplinaires est nécessaire pour que les auteurs de violences sexuelles dans l’ESR soient enfin réellement sanctionnés !

Il appelle l’ensemble de la communauté de l’ESR, étudiant.e.s, doctorant.e.s, personnels précaires et titulaires, à ne plus tolérer l’intolérable !

________

Le harcèlement sexuel à l’université doit être réellement sanctionné

A l’occasion du 8 mars, Journée internationale de luttes pour les droits des femmes, le CLASCHES (Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur) souhaite attirer l’attention sur la situation alarmante dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR).

Depuis plusieurs années, notamment à l’initiative du CLASCHES, la question des violences sexuelles dans l’ESR a acquis une plus grande visibilité. La loi du 6 août 2012, réintroduisant le délit de harcèlement sexuel dans le Code pénal, a conduit le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et certains établissements à afficher une volonté politique d’agir.

Mais le bilan reste léger : si l’on semble observer une légère hausse des procédures disciplinaires engagées, les sanctions restent inexistantes ou scandaleusement dérisoires. Quelques exemples viennent rappeler qu’en l’état du droit, les procédures disciplinaires permettent de donner bonne conscience aux établissements et au ministère sans que celles-ci ne sanctionnent réellement les agresseurs, ni ne protègent les victimes.

1/ En 2012, plusieurs étudiantes et salariées dénoncent des faits de harcèlement de la part d’un directeur de recherche au CNRS. A la suite de cette dénonciation, elles apprennent qu’une première « sanction » dérisoire avait été prise contre cet homme en 2006, en-dehors de toute procédure administrative (voir le CP du CLASCHES du 8 mars 2015). Malgré le soutien d’étudiant.e.s et de personnels, tout est mis en place au niveau de l’établissement et de la Délégation régionale du CNRS pour étouffer «l’affaire». Apprenant que ce directeur de recherche avait obtenu l’éméritat, le CLASCHES est intervenu auprès de la direction nationale du CNRS pour que cet éméritat indigne soit retiré. Suite à de longues tergiversations, et malgré les éléments à charge, le CNRS a décidé de maintenir l’éméritat. Après quatre années de procédures institutionnelles demandées par les victimes et leurs soutiens (associations féministes et syndicats), le CNRS finit par ignorer les violences subies par les victimes.

2/ En décembre 2015, une enseignante et une doctorante de l’Université Rennes 2 dénoncent le harcèlement sexuel qu’elles subissent depuis plusieurs années de la part d’un enseignant. Si l’établissement engage une procédure disciplinaire et prend au départ des mesures pour protéger les victimes, la sanction prise est dérisoire. Le jugement de la section disciplinaire du 20 mai 2016 reconnaît « coupable de harcèlement sexuel » l’enseignant dénoncé, mais elle se contente de prononcer une « interdiction d’accéder à une classe, grade ou corps supérieur pendant une durée de deux ans »… Les victimes devront donc continuer à travailler avec leur agresseur ! Face à cette décision qui n’a aucun sens pour les victimes, celles-ci demandent, avec le soutien de plusieurs collectifs dont le CLASCHES, au Président de l’université, au Recteur d’académie et à la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de faire appel de cette décision (ils et elle sont les seul.e.s à avoir ce pouvoir). Elles n’obtiendront que des refus… Elles sont aujourd’hui engagées dans une procédure devant le Tribunal administratif.

3/ En 2016, plusieurs doctorantes, post-doctorantes et administratives témoignent du harcèlement sexuel qu’elles subissent de la part d’un chargé de recherche au CNRS depuis plusieurs années. Au regard des éléments apportés, une procédure disciplinaire est engagée. A son terme, la section disciplinaire reconnaît la gravité des faits dénoncés. Malgré cela, elle décide que l’agresseur sera « exclu de ses fonctions pour une durée de 15 jours » (Bulletin officiel du CNRS, novembre 2016), sanction encore une fois insignifiante et qui oblige les victimes à continuer à côtoyer leur agresseur au quotidien.

Outre l’insupportable parcours d’obstacles imposé aux victimes pour parvenir à obtenir l’ouverture d’enquêtes administratives (et que nous ne relatons pas ici), il faut constater à quel point le fonctionnement des procédures et le type de décisions rendues protègent les agresseurs. Face à ce constat, le CLASCHES dénonce le fait que les institutions se contentent d’une politique d’affichage sans même recourir aux instruments juridiques permettant de contester les sanctions dérisoires pour des faits pourtant graves et reconnus comme tels !

Face à cette situation, le CLASCHES rappelle qu’une réforme profonde des procédures disciplinaires est nécessaire pour que les auteurs de violences sexuelles dans l’ESR soient enfin réellement sanctionnés !

Il appelle l’ensemble de la communauté de l’ESR, étudiant.e.s, doctorant.e.s, personnels précaires et titulaires, à ne plus tolérer l’intolérable !


Télécharger ce communiqué de presse en PDF

________

Création d’un collectif CLASCHES – Toulouse

« Le harcèlement sexuel à l’université ? Ça n’existe pas… »

Depuis quelques années, la problématique du harcèlement sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche est sortie de l’invisibilité, entre autres suite a me la mobilisation du CLASCHES, Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur.

Pour autant, la question est loin d’être résolue : la méconnaissance des recours possibles, la difficulté à dénoncer les agresseurs, a fortiori dans le cadre de relations professionnelles fortement hiérarchisées et la banalisation du harcèlement sexuel constituent des obstacles majeurs. Les relais manquent dans de nombreuses universités, alors même qu’ils pourraient faciliter les démarches pour dénoncer et sanctionner les agresseurs en brisant le silence qui entoure le harcèlement sexuel à l’université.

Pour toutes ces raisons, une antenne du CLASCHES s’est formée à Toulouse en lien étroit avec les membres du CLASCHES des autres villes. Ce nouveau collectif a pour but d’informer et de sensibiliser le personnel et les étudiant.e.s de la région toulousaine sur le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche ; le collectif peut également agir si une situation de harcèlement sexuel est révélée ; enfin, le collectif se veut un relais et un soutien pour celles et ceux qui sont témoins ou victimes de harcèlement sexuel, sans pour autant prétendre offrir un accompagnement psychologique et/ou juridique complet.

CLASCHES Toulouse
clasches.toulouse@gmx.fr


Télécharger ce communiqué de presse en PDF

________

Lancement d’une campagne d’affichage contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche

Ces dernières années, la question du harcèlement sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche a bénéficié d’une visibilité nouvelle, notamment grâce à l’action du CLASCHES, Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur.

Cependant, bien souvent encore, les victimes de harcèlement sexuel n’osent pas dénoncer leurs agresseurs, voire en sont dissuadées, et les personnels et étudiant.e.s méconnaissent les recours possibles. Plus largement, le harcèlement sexuel est encore l’objet de nombreuses idées reçues qui sont un obstacle à une action efficace pour le prévenir, accompagner les victimes et sanctionner les auteurs.

Pour briser le silence et sensibiliser et informer les personnels et éudiant.e.s sur les réalités du harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche et les recours possibles, le CLASCHES lance aujourd’hui une campagne d’affichage nationale. Cette campagne se décline en cinq affiches sous format numérique et papier.

Le CLASCHES compte sur la mobilisation de tou.te.s pour assurer une diffusion la plus large possible en envoyant le fichier pdf ci-joint à vos réseaux et/ou en affichant la campagne sur les murs de vos établissements. Si vous souhaitez recevoir des exemplaires papier, merci de nous contacter (clasches{at}gmail.com) en précisant le nombre d’affiches souhaitées et l’adresse postale de livraison.


Télécharger ce communiqué de presse en PDF

________

Toulouse : une victoire qui en appelle d’autres !

Grâce à la mobilisation initiée par CLASCHES pour dénoncer le conflit d’intérêt manifeste et les conditions intolérables de la procédure de recrutement pour le poste de maître.sse de conférences à l’université Toulouse Jean-Jaurès, l’université a annoncé la suspension de la procédure en cours !

Cette décision est une belle victoire pour toutes celles et ceux qui combattent le harcèlement sexuel à l’université et pour les individu-e-s et collectifs qui se sont mobilisés à Toulouse et ailleurs : CLASCHES, l’AVFT, l’ANCMSP, l’ANEF et EFiGiES (signataires du communiqué de presse) ; les rares membres du comité de sélection qui ont pris acte de la gravité de la situation ; l’ASES et l’AFS et les centaines de signataires de la lettre ouverte au Président de l’université ; le CNU qui a rappelé l’importance des règles déontologiques en matière de recrutement.

Cette victoire ne doit cependant pas faire oublier les nombreuses résistances que nous avons rencontrées, et qui témoignent une nouvelle fois des nombreux obstacles qui se posent à une véritable lutte contre les violences sexuelles dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Elle ne doit pas non plus faire relâcher l’attention : nous rappelons ainsi au Président de l’université de Toulouse Jean Jaurès que cette suspension de la procédure ne doit pas conduire à la suppression d’un des rares postes sur le genre mais à la nomination d’un nouveau comité de sélection, dont la composition assurera légitimité scientifique, sérénité et impartialité !

Plus largement, CLASCHES rappelle l’urgence à agir contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche et restera vigilant à tout manquement à cet impératif !


Télécharger ce communiqué de presse en PDF

________

Halte à l’inertie de l’université en matière de harcèlement sexuel !

Il y a un peu plus de 10 ans, des étudiant.e.s mettaient en cause M. Daniel Welzer-Lang, alors maître de conférences en sociologie, pour des faits de harcèlement sexuel commis à leur encontre. Alertée, la présidence de l’Université Toulouse Le Mirail s’était abstenue de diligenter une enquête et, a fortiori, de prononcer une sanction disciplinaire adéquate*. Ce refus de réagir a pour conséquence, aujourd’hui encore, de stigmatiser et sanctionner les personnes qui ont dénoncé les faits.

L’inertie de l’institution a ainsi d’abord permis, malgré les accusations formulées, la nomination de M. Welzer-Lang à un poste de professeur de sociologie fléché « Rapports sociaux de sexe – Travail, genre et sociétés » en 2005. L’obtention de ce poste « genre » permet au mis en cause de paraître encore plus irréprochable (comment un chercheur sur le genre pourrait-il être l’auteur de harcèlement sexuel ?) et jette le discrédit sur les victimes.

L’inertie de l’institution pénalise également les victimes et leurs soutiens : M. Welzer-Lang porte plainte pour diffamation contre l’Association Nationale des Etudes Féministes (ANEF) et de l’Association contre les Violences faites aux Femmes au Travail (AVFT), qui avaient publiquement dénoncé sa nomination, en faisant valoir les nombreux témoignages d’étudiant.e.s dont elles étaient dépositaires. Si, en 2007, le Tribunal de Grande Instance de Toulouse déboute M. Welzer-Lang de sa plainte**, le message est clair : l’absence de traitement de ces accusations par l’université encourage à maintenir le silence sur les faits dénoncés.

L’inertie de l’institution a enfin des effets durables sur les victimes et leurs soutiens : en 2015, M. Welzer- Lang préside le comité de sélection d’un poste de maître.sse de conférences en 19e section intitulé « Inégalités, discriminations, genre ». Outre la cynique ironie de l’histoire, cette situation met en lumière les intolérables conséquences de l’absence de traitement de la question du harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur : les victimes et personnes ayant dénoncé les faits qui sont aujourd’hui candidates à un poste de maître.sse de conférences doivent choisir entre renoncer à candidater ou être évaluées par la personne qu’elles accusent ! L’institution ne pourrait plus clairement décourager les victimes de dénoncer leurs agresseurs.

Nous dénonçons cette situation incompatible avec les règles élémentaires qui doivent prévaloir pour le recrutement d’un.e fonctionnaire, a fortiori dans un contexte de pénurie de postes.
Nous dénonçons ce système qui protège les personnes accusées de harcèlement sexuel et stigmatise davantage les victimes en empêchant leur recrutement.
Face à cette situation, nous exigeons la suspension de la procédure de recrutement jusqu’à la formation d’un nouveau comité de sélection excluant M. Welzer-Lang et les personnes qui le soutiennent explicitement.

* Cf. communiqué de l’Association contre les Violences faites aux Femmes au Travail (AVFT) :
http://www.avft.org/article.php?id_article=309
** D. Weltzer-Lang est débouté aussi bien au motif de la bonne foi que du vice de forme. Voir :
http://www.avft.org/article.php?id_article=310


Télécharger ce communiqué de presse en PDF

________

Suites du Communiqué de Presse de CLASCHES du 8 Mars 2015 : Recommandations relatives au traitement des situations de harcèlement sexuel votées par le Conseil scientifique du CNRS

Le Conseil scientifique du CNRS a voté le 28 avril 2015 deux recommandations relatives au traitement des situations de harcèlement sexuel (ci-dessous), suite au communiqué de presse de CLASCHES du 8 mars dernier et grâce à la mobilisation des élu.e.s FSU-SNCS et CGT-SNTRS qui ont porté conjointement ces recommandations.
CLASCHES appelle désormais la direction du CNRS à mettre en œuvre ces recommandations votées à une très large majorité.

Recommandation : Harcèlement sexuel et moral, manquement à l’éthique, enquête et éméritat

Pour rappel, le Conseil Scientifique du CNRS a dans ses attributions de proposer les éméritats sur demande des chercheurs et après avis du directeur d’unité, du directeur d’Institut et de la section du Comité National.
Pour émettre son avis, le conseil scientifique recommande vivement que tous les résultats d’enquêtes relatives à des situations de harcèlement sexuel, harcèlement moral, manquement à l’éthique, soient systématiquement intégrés dans le rapport de la direction de l’Institut concerné par la demande d’éméritat.

Surtout, la direction du CNRS doit s’assurer de la bonne application des procédures administratives d’enquêtes et de mesures disciplinaires en ce domaine.

Voté par le Conseil scientifique du CNRS, le 28 avril 2015, par 22 voix pour, 0 contre, 0 abstention.

Recommandation : Suspension d’un DR émérite

Le Conseil Scientifique a été saisi par le collectif CLASCHES (Collectif de Lutte Anti Sexiste Contre le Harcèlement sexuel dans l’Enseignement Supérieur) d’un cas documenté de harcèlement sexuel de la part d’un DR du CNRS aujourd’hui émérite. Le conseil s’étonne que les procédures administratives n’aient pas été respectées.

Nous demandons dès lors que le statut d’éméritat de cette personne, proposé par le Conseil Scientifique en 2013, soit suspendu immédiatement en attendant les résultats de l’enquête interne qui doit être réalisée par l’administration du CNRS.

Voté par le Conseil scientifique du CNRS, le 28 avril 2015, par 20 voix pour, 0 contre, 2 abstentions.


Télécharger ce communiqué de presse en PDF

________

DES VICTIMES DE HARCÈLEMENT SEXUEL IGNORÉES ET DES AGRESSEURS PROTÉGÉS : ÇA SUFFIT !

C’est une « histoire » comme il en existe tant d’autres et qui met en lumière les failles d’un système qui, inlassablement, protège les agresseurs sexuels.

À Sciences Po Bordeaux, M. H, directeur de recherche au CNRS, est connu depuis des années pour se masturber dans la bibliothèque en regardant fixement les décolletés des étudiantes. Tout le monde sait, personnels comme étudiant.e.s. Personne ne fait rien. Et pour cause, quand certain.e.s réagissent, la seule conséquence est leur stigmatisation.

Une première fois pourtant, en 2006, des étudiantes étrangères se plaignent de ces agissements. De manière tout à fait informelle, une « sanction » est prise : M. H est interdit d’accès à la bibliothèque pendant un an. Rien d’autre. Puis en 2012, une enseignante victime de ces agissements signale les faits sur le registre du CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail). Une agente de prévention recueille des témoignages et le sujet est discuté en réunion du CHSCT. Ce dernier établit la véracité des faits et décide une nouvelle fois d’interdire à l’agresseur d’accéder à la bibliothèque pendant un an… Le directeur de l’établissement, averti par le CHSCT, ne fait rien. La Délégation régionale du CNRS, avertie notamment par le directeur du laboratoire, ne fait rien. Le ministère, averti notamment par un collectif militant bordelais, ne fait rien.

Puisque personne ne fait rien, M. H obtient sans embûche l’éméritat début 2013. Directeur de recherche émérite, il continue ainsi à diriger des thèses. En septembre 2014, il prend même des responsabilités dans la direction de l’IDEX de l’Université de Bordeaux. Un syndicat alerte les membres du CA de l’Université. Aucune réponse.

CLASCHES sollicite alors, en novembre 2014, la direction nationale du CNRS. Pour réponse, CLASCHES a d’abord reçu une leçon procédurale toute paternaliste d’un dirigeant du CNRS à l’occasion de la « première journée de sensibilisation sur le harcèlement sexuel »… au CNRS !

Et oui, les responsables de l’impunité seraient les victimes et CLASCHES qui ne suivraient pas les procédures ! Mais de quelles procédures parle-t-on ?

  • De celles qui veulent que la direction nationale du CNRS agisse après que la Délégation régionale ait réalisé une enquête et attesté la véracité des faits dénoncés, alors même que cette Délégation a simplement refusé d’enquêter.
  • De celles qui exigent que les victimes connaissent le statut administratif de leur agresseur et comprennent l’invraisemblable imbroglio réglementaire et administratif pour savoir à qui et comment demander (quémander serait plus juste…) des sanctions.
  • De celles qui garantissent la protection des agresseurs en assurant l’entre-soi des accusés et des personnes chargées d’instruire les dossiers.
  • De celles qui permettent que, en dépit des faits rapportés notamment à la Délégation régionale du CNRS, le dossier de M. H ne mentionne pas les faits dénoncés.
  • De celles qui, au final, laissent les victimes seules et sans réponse.

Le CNRS s’était néanmoins engagé, en décembre 2014, à prendre en charge ce « dossier ». Aujourd’hui, rien ne nous indique pourtant que des investigations soient en cours, encore moins qu’une décision s’apprête à être prise…

Face à la gravité des faits et à l’accumulation des preuves et témoignages, CLASCHES demande que le CNRS retire l’éméritat de cette personne.

Mais CLASCHES souhaite alerter les pouvoirs publics sur ce que révèle cette « affaire » : les procédures disciplinaires sont inefficaces et protègent les auteurs de harcèlement sexuel et de violences sexuelles ! Même quand des victimes osent parler, même quand des personnels soutiennent les victimes et signalent les faits, rien ne se passe ! Ceci ne peut que contribuer à maintenir le tabou qui pèse sur le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et qui continue d’empêcher la mise à jour de nombreux faits similaires.

À l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre dernier, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a affirmé son souhait de lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Elle doit alors entendre le message que CLASCHES porte depuis plus de 10 ans : cet objectif ne pourra pas être atteint sans une réforme profonde des procédures disciplinaires ! L’exemple rapporté ne fait que douloureusement le prouver.


Télécharger ce communiqué de presse en PDF

________

Messieurs les professeurs, le cneser disciplinaire assure votre quasi-impunité si vous commettez une agression sexuelle !

Le 3 décembre 2013, le CNESER disciplinaire* était appelé à statuer sur le cas d’un professeur d’université condamné par la justice pénale pour agression sexuelle sur personne vulnérable, en l’occurrence une jeune femme lourdement handicapée, fille d’une de ses collègues. Après une journée d’audience, l’agresseur a été condamné à 3 ans d’interdiction d’enseigner et à la suspension de la moitié de son traitement pour la même période**.

Certes, cette décision alourdit la « sanction » scandaleusement dérisoire prononcée par la section disciplinaire de l’établissement de l’agresseur : en 2012, elle avait prononcé 3 mois d’interdiction de ses activités de recherche dans l’établissement (dont les mois de juillet et août…), et la suspension de la moitié de son traitement…

Mais comment tolérer qu’un professeur, à qui l’État confie une mission d’éducation, qui est condamné pour agression sexuelle ne soit pas purement et simplement révoqué ? Selon les juges du CNESER disciplinaire, c’est en raison « d’une part, de ses excellents états de service en tant que professeur des universités et, d’autre part, de la circonstance qu’il s’agit d’un ‘fait isolé’ » !

À la colère face à l’injuste décision du CNESER disciplinaire s’ajoute donc l’indignation à la lecture de sa justification. En motivant leur décision ainsi, les juges du CNESER disciplinaire assimilent une agression sexuelle à un « dérapage » (comme le suggère l’expression « fait isolé ») qui, bien que répréhensible, reste tolérable pour un professeur ayant d’« excellents états de service ». Bref, le CNESER disciplinaire vient d’adresser à tous les professeurs d’université le message suivant : il leur garantit une quasi impunité s’ils commettent des agressions sexuelles.

La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche pouvait se pourvoir en cassation auprès du Conseil d’État ; elle n’a pas jugé utile de le faire…

Ces décisions, tout comme le déroulement consternant de la journée d’audience (voir le Communiqué de presse de l’AVFT du 2 avril 2014), viennent douloureusement rappeler l’inefficacité du fonctionnement des procédures disciplinaires de l’enseignement supérieur en matière de violences sexistes et sexuelles. Surtout, elles achèvent de jeter le discrédit sur ces instances disciplinaires profondément inéquitables, fondées sur un traitement entre pairs et écartant les victimes de la procédure.

Le CLASCHES réaffirme donc avec force la nécessité et l’urgence d’une réforme en profondeur des procédures disciplinaires: intégrer pleinement la victime à la procédure (droit de saisine, droit d’information sur la procédure, droit de faire appel…), assurer une composition statutaire paritaire des sections disciplinaires, faire instruire et juger par des membres extérieurs à l’établissement, séparer instruction et jugement…

Il est donc plus que temps que le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche passe enfin des paroles aux actes. En l’absence de volonté politique de sa part pour mener une telle réforme, aucune action effective ne pourra être mise en place contre le harcèlement sexuel, les agressions sexuelles et les viols dans l’ESR.


* Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche statuant en matière disciplinaire. Il s’agit de l’instance nationale d’appel des procédures disciplinaires engagées à l’encontre des personnels enseignants et des étudiant.e.s des établissements publics d’enseignement supérieur.

** La décision a été publiée au BO du 20 février 2014. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid20536/bulletin-officiel.html?cid_bo=76792&cbo=1


Télécharger ce communiqué de presse en PDF

________

Publication d’un guide d’information sur le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche

Les violences sexistes et sexuelles constituent une réalité largement occultée dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). Pire, l’absence d’information, les résistances et le traitement inéquitable de ces situations garantissent une réelle impunité aux auteurs de ces violences.

Pour lever le silence sur le harcèlement sexuel dans l’ESR, il faut précisément commencer par informer. C’est pourquoi le Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur (CLASCHES) lance la première édition de Le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche. Guide pratique pour s’informer et se défendre.

Ce guide est destiné aux victimes comme aux témoins de situations de harcèlement sexuel, et, plus largement, à tou·te·s les actrices et acteurs de l’ESR. Il a pour but de sensibiliser à la question du harcèlement sexuel et des violences sexistes et sexuelles dans l’ESR, d’orienter les victimes et les témoins, et de fournir des outils, notamment juridiques.

Mais la lutte contre le harcèlement sexuel, les agressions sexuelles et les viols dans l’ESR doit aller bien au-delà de la seule information. Elle doit faire l’objet d’une véritable politique de la part des pouvoirs publics en matière de :
– prévention ;
– recensement statistique de l’ampleur des violences faites aux femmes dans l’ESR ;
– formation des acteurs et actrices qui sont, en premier lieu, confronté-e-s à ces problématiques, notamment les personnels de santé et les chargé-e-s de mission égalité femmes-hommes des universités ;
– information sur les violences destinée aux étudiant-e-s et aux personnels ;
– réglementation dans le traitement disciplinaire des cas de harcèlement sexuel.


Télécharger ce communiqué de presse en PDF

________