Les conséquences

Le harcèlement sexuel viole l'intégrité physique,‭ ‬sociale et psychique de la victime.‭ ‬Celle-ci tend à se considérer comme la première fautive.‭ ‬Et ceci d'autant plus qu'on lui conseille d'aller voir un psychologue,‭ ‬plutôt que d'en référer à sa hiérarchie.‭ ‬Ce faisant on euphémise la relation de pouvoir caractéristique entre enseignant‭·‬e et étudiant‭·‬e.

Le tabou isole les victimes et l'analyse courante de ces pratiques tend à interpréter le harcèlement dans le cadre professionnel comme une relation privée qui aurait mal tourné.

Les victimes,‭ ‬notamment les femmes,‭ ‬ont un seuil de tolérance élevé,‭ ‬elles se disent qu'elles pourront tenir le coup et que c'est le tribut à payer pour réussir.‭ ‬Elles pensent,‭ ‬à raison,‭ ‬qu'on leur reprochera de faire beaucoup de bruit pour un problème considéré comme mineur.

Plus concrètement les conséquences peuvent être‭ ‬:

  • difficulté à identifier ce qui arrive comme un problème‭ (‬où est le seuil‭ ?) 
  • la honte,‭ ‬la peur de ne pas être crue,‭ ‬la peur des réactions de l'entourage 
  • l'abandon d'un programme d'études‭ (‬UV,‭ ‬diplôme,‭ ‬thèse,‭ ‬contrat de recherche...‭) 
  • retard dans la progression universitaire et/ou professionnelle 
  • stigmatisation,‭ ‬mauvaise réputation auprès des collègues 
  • la peur de subir des représailles 
  • troubles de concentration,‭ ‬maladies,‭ ‬dépression,‭ ‬rejet du travail intellectuel,‭ ‬manque d'estime de soi,‭ ‬perte de confiance,‭ ‬etc.